Regroupez tous vos crédits en un seul
et diminuez vos vensualité

Condition pour Emprunteurs Locataire et Hébergé : les crédits à racheter doivent être supérieur à 20.000€ (hors trésorerie).

Avez un bien immobilier

Besoin de trésorerie ?

Des champs obligatoires n'ont pas été remplis.

* Champs obligatoires.

Vos informations

Avez vous un co-emprunteur

Pour vous contacter

Des champs obligatoires n'ont pas été remplis.

* Champs obligatoires.

Dernière étape :

Infos de votre co-emprunteur

Avez vous des revenus foncier

Etes vous interdit bancaire ?

En soumettant ce formulaire, j'accepte que les informations saisies soient exploitées dans le cadre d'une demande de financement : rachat de crédit et/ou crédit immobilier.
Les informations que vous nous avez déclarées sont résumées ci-aprés, et ne seront utilisées que par Credimedia, Mandataire Non Exclusif de Banque, partenaire de banques spécialisées.
En aucun cas, celles-ci ne pourront être cédées à des fins commerciales ou marcketing.

Des champs obligatoires n'ont pas été remplis.

* Champs obligatoires.


Rachat crédit propriétaire

Souscrire à un prêt immobilier permet à un emprunteur d’obtenir des revenus réguliers s’il le met en location. Il a aussi tout à gagner d’une hausse de la valeur de la propriété au fil des ans tout en amélioration son pouvoir d’achat une fois à la retraite. Mais en tant que placement financier, le crédit immobilier n’est pas sans risque. Un aléa de la vie comme la mort d’un conjoint, le divorce, le licenciement risque de perturber le remboursement de l’emprunt. Dans ce cas, le rachat de crédit propriétaire pourrait être une bonne alternative pour l’emprunteur. Cette procédure lui permet de rétablir l’équilibre de son budget tout en optimisant son pouvoir d’achat.

Beaucoup de ménages Français sont attirés par l’achat immobilier car cela leur permet de léguer à leurs enfants un patrimoine. C’est également une solution pour en finir avec les loyers, d’autant plus que les emprunteurs peuvent profiter de plusieurs aides de l’Etat lors de l’achat. Mais souscrire à un prêt immobilier est cependant un engagement à risque sur une dizaine d’années. Pendant ces longues années, les revenus du souscripteur pourraient afficher des fluctuations, voire des baisses permanentes dus à des imprévus de la vie. Or, l’établissement financier ne se soucie pas d’un changement de situation familiale ou professionnelle de l’emprunteur. Tout ce qui l’importe, c’est le remboursement des mensualités du crédit afin de récupérer son capital et les intérêts du prêt. Afin d’éviter ainsi les poursuites bancaires, ces emprunteurs ont intérêt à restructurer leur prêt immobilier avec leurs autres prêts en cours de remboursement. Cette opération s’appelle rachat de prêt propriétaire.
Elle permet de racheter les crédits à la consommation et toutes autres dettes du souscripteur à court et moyen terme exclusivement sans faire le rachat du prêt immobilier, dans la mesure où l’endettement lui permet. Elle permet également de faire un rachat global, comprenant le(s) pret(s) immobilier, parce que la situation d’endettement ou le reste à vivre de l’emprunteur l’impose.
Le principe de ce montage est bien connu de la plupart des candidats au rachat. Il consiste à chercher un établissement financier tiers qui peut racheter ses prêts en cours afin de les assembler en un seul et unique prêt. Celui-ci aura un taux d’intérêt renégocié, une unique mensualité plus faible et une durée de remboursement plus longue. Ce nouvel échéancier permet à l’emprunteur d’éviter les pénalités bancaires dues à une défaillance de remboursement tout en lui permettant de reprendre le contrôle de ses finances.
Le rachat de prêt immobilier permet aussi à l’emprunteur de bénéficier d’une somme d’argent complémentaire plafonné à 15 % du rachat. Ce montant peut servir pour le projet d’extension, de réhabilitation ou d’embellissement de son bien immobilier. Il peut aussi solliciter ce prêt sans frais de dossier ni assurance-emprunteur pour se constituer un matelas de sécurité ou pour d’autres projets personnels.

Cette solution s’adresse aux propriétaires accédants et à ceux qui ont déjà acquitté leur bien immobilier. Le bien immobilier en question peut être une résidence secondaire ou un bien destiné à la location. Le candidat au rachat pourrait aussi ne pas en disposer la pleine propriété. La nue-propriété est donc acceptable dans le cadre de cette opération. Comme on l’a dit plus haut, l’emprunteur peut inclure ou non dans le rachat son prêt immobilier. S’il a déjà terminé son crédit immobilier, il peut toujours donc prétendre à ce montage.
Les propriétaires ayant déjà acquittés leur prêt immobilier peuvent profiter de ce montage pour concrétiser l’achat d’un autre bien ou pour financier d’autres projets personnels avec la trésorerie. Les propriétaires accédants peuvent quant à eux, bénéficier d’un meilleur équilibre de leur budget, économiser avec la baisse de mensualités, effectuer des travaux dans leur logement tout en évitant l’inscription au fichier FICP. Le rachat de crédit propriétaire permet aussi à ceux qui sont déjà fichés FICP de régulariser leur situation financière.

Oui, le fait d’être propriétaire est un gage de la solvabilité de l’emprunteur pour les banques. Mais il faut s’appuyer de l’aide d’un courtier spécialisé en rachat pour trouver la solution la moins coûteuse à cette sortie d’endettement. Notons qu’il suffit de deux échéances consécutives non honorées de remboursement de dettes pour enregistrer son nom et ses coordonnées dans ce fichier FICP. Or, ce n’est pas facile de s’en sortir. En règle générale, le rachat de crédit hypothécaire permet à un emprunteur dans cette situation de sortir du fichage. Cette solution permet d’apporter une garantie d’hypothèque de son bien immobilier pour assurer l’établissement financier sur sa solvabilité. En cas de défaut de remboursement du crédit, l’établissement a le droit de vendre le bien hypothéqué pour récupérer son argent. Mais si l’emprunteur a honoré sans incident le remboursement jusqu’à la fin du crédit, l’hypothèque tombe d’elle-même.
Les établissements financiers sont plus intéressés dans le rachat de prêts d’un emprunteur surendetté ou fiché FICP qui accepte de mettre en avant cette garantie hypothécaire. Mais pour maximiser leur chance de dénicher un contrat abordable en termes du coût final et de TAEG, ces emprunteurs ont intérêt à recourir à un bon courtier.

Le rachat de prêt propriétaire est tout aussi complexe à mettre en place que le rachat de crédit hypothécaire. Il occasionne aussi différents éléments qu’il faut négocier afin de réduire son coût. Parmi ces frais, on peut citer le frais de dossier, le taux d’intérêt, l’assurance-emprunteur, les pénalités de remboursement anticipé, la mensualité réduite, la durée du remboursement. Si l’emprunteur fait appel à un courtier, il faut ajouter aussi les émoluments du courtier.
Reste à savoir comment négocier tous ces frais et comment trouver le juste équilibre entre la mensualité allégée et la durée du remboursement. Est-ce qu’il faut se déplacer en agences et comparer ensuite les offres des établissements bancaires proposant cette solution ? Ou vaut-il mieux déléguer à un courtier cette négociation du moment qu’on ne dispose pas de compétences et du temps nécessaires à cette tâche ?
L’alternative la plus pratique est le recours à un simulateur de rachat comme l’outil de simulation sur ce site. Ce service est gratuit et libre de tout engagement. Dans un premier temps, il aide l’emprunteur à simuler le coût de ce rachat (le taux d’intérêt, le montant de la mensualité allégée, la durée et le coût total de l’opération, le taux d’endettement avant et après l’opération, la trésorerie qu’il peut obtenir…). Tous ces éléments sont clairement indiqués dans le résultat de la simulation. Le résultat lui permet aussi de calculer le gain financier qu’il peut obtenir avec cette opération. L’avantage de cette simulation, si son projet est faisable, c’est qu’elle l’aide facilement à accéder à une ou plusieurs offres de rachat de prêt renégociées de nos partenaires bancaires. Ces propositions incluent tous les frais de l’opération, y compris nos frais de courtage. Ceux-ci environnent 1 % à 5 % de l’opération. Il restera ensuite à l’emprunteur de suivre la consigne dans la proposition s’il la trouve compétitive pour accéder rapidement à ce rachat de crédit propriétaire après le délai de rétractation de 10 jours.